MND : un spécialiste des remontées mécaniques et de sécurisation de site


MND (Montagne et Neige Développement) construit des télésièges (remontées mécaniques) et propose des équipements de sécurisation de site (équipements anti-avalanche).

L’entreprise est détenue à 35,48% par les trois dirigeants, à 1,83% par Equity 5 (9 managers, 7,09% par Audacia (735 personnes dans le cadre d’un mandat de gestion (ISF)), en autocontrôle pour 0,12% et 55,47% dans le public.

De nouveaux contrats

Deux contrats pluri annuels pour un montant total de 160 MEUR (contrat Snowland de 110 MEUR et contrat Wanlong pour 50 MEUR) ont été signés en 2017 pour fournir notamment des télésièges et des systèmes d’enneigement en Chine. Ces contrats marquent un changement de dimension pour l’entreprise qui a réalisé 76,4 MEUR de CA en 2016 et 67,6 MEUR en 2016.

MND vise le marché des remontées mécaniques (évalué à 800 MEUR par l’entreprise), le secteur des loisirs outdoor à sensations et le marché asiatique qui voit le développement des stations de montagne en Chine et la préparation des JO 2022 à Pékin.

Le CA 2017 a progressé de 13% et a bénéficié du dynamisme des zones Amériques et Chine. En 2017, l’activité sécurité a vu sa marge opérationnelle diminuer malgré une hausse de CA. L’activité enneigement et remontées mécaniques est devenu rentable avec un EBIT qui passe de -0,2 MEUR à +1,9 MEUR.

Plusieurs augmentations de capital ont eu lieu ces dernières années dont une en juin 2017  qui représentait 9,2% du capital et s’est faite au prix de 5,05 euros par action. Le nouveau nombre d’actions à prendre en compte s’élève donc à 14,08 millions d’actions. Une partie des actions (999 364) sont à dividende prioritaire (le dividende est majoré mais il n’y a pas de droits de vote).

Valorisation

Au cours actuel de 5,18 euros, nous avons une VE de 121,7 MEUR et un EBITDA 2017 (les comptes sont clôturés à fin mars 2017) de 5,8 MEUR soit un ratio VE/EBITDA de 21. Autant dire que la valorisation est déjà extrêmement élevée…

Pour l’instant l’entreprise n’a pas recours à l’affacturage mais cela devrait être mis en place cet exercice.

Le contrat chinois sera traité par une joint-venture détenue à 80% par MND. Ainsi, 20% de la rentabilité du contrat ne sera pas perçue par MND mais par son partenaire chinois (partenariat industriel). En d’autres termes, les intérêts minoritaires vont augmenter et ce sur le contrat majeur qui a été signé par l’entreprise.

Il faudra regarder quelle est la rentabilité de ce contrat vu son importance. Nous savons qu’au T1 2017/2018, 2 MEUR ont été facturés. La facturation du contrat Snowland (un des 2 deux contrats chinois) a débuté. La facturation du second contrat (Wanlong) n’a pas encore commencé. L’activité de MND est saisonnière et une grande partie de son CA est réalisé au second semestre.

On retiendra du T1 2017/2018, une forte hausse du CA tant pour le pôle « Enneigement et remontées Mécaniques » (+36,1%) que pour le pôle « Sécurité et Loisirs » (+58,4%). Cette dernière a bénéficié de l’obtention de contrats aux Etats-Unis.

Les objectifs de l’entreprise sont de réaliser d’ici 3 ans, un CA de 150 MEUR (soit un quasi doublement) et une marge de résultat opérationnel courant de 8 à 10 % du CA (contre 4% actuellement).

En prenant l’hypothèse que les D&A vont s’établir à 3,8 MEUR (2,7 MEUR) avec la montée en cadence des investissements, on aurait un EBITDA de 17,3 MEUR. Pour la VE, l’exercice va être difficile car il n’est pas impossible qu’ils aient recours à la dette financière pour accompagner leur développement ou qu’ils augmentent le capital. Je vais retenir une hausse de 5 MEUR de la dette financière nette.

Avec cette hypothèse le ratio VE/EBITDA dans 3 ans serait de 7,3. Cependant, il faut très vigilant avec cette hypothèse car cela implique un triplement de l’EBITDA par rapport à 2017, on ne connaît pas la rentabilité des contrats chinois, il y a des intérêts minoritaires qui vont prendre leur part des bénéfices dans ce contrat (et donc qui ne pourrait pas être pris en compte dans l’EBITDA revenant à MND), il est très difficile de savoir  comment (et pour quel montant) sera financer le développement (endettement, augmentation de capital, recours à l’affacturage).

La rémunération des dirigeants représente 0,9 MEUR pour un EBIT de 3,1 MEUR.

La R&D a été capitalisée à hauteur de 5,5 MEUR sur 6 MEUR dépensés.

Cheers

Jeremy

Pas d’actions MND.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *